Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2019 4 07 /11 /novembre /2019 17:28

C’était une étape obligatoire pour leur voyage aller-retour de trente jours sur le camino  de Santiago pour visiter et honorer le saint Jacques. Zamora avait été retenue comme étape  de repos dans  la préparation de  ce voyage "pour son  intérêt historique", nous ont-ils confié. "Notre itinéraire est basé sur des intérêts culturels", souligne ce groupe de français, appartenant à l'association «Défis tandems handisport», qui se consacre à parcourir la moitié du monde en tandem, car une partie de ses membres souffrent de déficience visuelle et ont besoin d'un guide pour pouvoir en faire  le tour

Le groupe qui est arrivé cette semaine à Zamora, conduit par Daniel Calmels et Patrick Wioland, était composé de 18 personnes, dont la moitié de déficients visuels, et n'avait pas moins de 90 kilomètres dans les jambes. "Il y a des jours où nous avons parcouru 120 kilomètres", calculent-ils. Ils portent tous un t-shirt commémorant cette expérience, avec le slogan "Hispanie 2019", qu'ils arborent fièrement lorsqu'ils enlèvent leurs vêtements de cycliste, qui n'ont rien à envier à ceux d'un athlète professionnel.
"Notre objectif est de montrer que nous pouvons associer un handicap tel que la cécité à un  pilote valide pour mieux vivre cette situation", expliquent-ils. C'est ainsi qu'est née cette association qui développe ce que l'on appelle en France une "pratique partagée", en l'occurrence avec le vélo tandem, qui aide ces personnes à profiter comme tout le monde  de ces voyages et de nouvelles expériences
Se lever tôt est obligatoire pour pouvoir terminer chaque étape du parcours balisé qui a débuté le 8 septembre au Pays Basque. En chemin, ils disent avoir rencontré des centaines et des centaines de pèlerins "de tous âges et de toutes nationalités". En plus de leurs compagnons de tandem, une camionnette les aide également à rendre leur voyage plus supportable, en transportant les bagages et les ustensiles de cuisine dont ils se servent pour préparer leurs repas à leur arrêt obligatoire en milieu de journée  pour reprendre des forces, mais même s’ils  préparent ces repas, ils les apprécient aussi  dans des auberges de jeunesse ou  des hôtels où ils restent pour se remettre avant  l’étape du lendemain.
Les journées les plus difficiles déjà effectuées ont été les journées de forte chaleur et lorsqu’il a fallu se lever tôt, puisqu'ils doivent être sur pied à six heures du matin, " en plus du dénivelé de la route", se souviennent également les cyclistes.
Après avoir vénéré le saint galicien et passé une journée à Saint-Jacques-de-Compostelle , et  dormi dans l'une des auberges de pèlerins avec le reste des voyageurs du monde entier, la visite en tandem les a emmenés au Portugal,  à Zamora, avant de continuer par Pampelune et de revenir à Saint Jean de Port, de retour dans leur France natale.
Le Camino de Santiago qui ajoutera 2 300 kilomètres de pédalage au gré des  villages d’Espagne et du Portugal n’est que l’une des nombreuses sorties de ce groupe, laissant ainsi le handicap en arrière-plan, handicap qui ne les a jamais empêchés de voyager et de visiter des lieux aussi différents que l'Amérique latine qu'ils ont traversée en 2014, de l'Atlantique au Pacifique, en passant par les montagnes des Andes, puis en 2015, la mer Adriatique, avec l'Italie, la Slovénie et la Croatie comme pays phares, ce groupe a même parcouru en 2017, 2000 kilomètres en  Thaïlande  pendant un mois intense pour montrer que la volonté et le désir de connaître de nouveaux lieux sont bien plus forts que le handicap de chacun.
 

Simone, de notre club, participait à ce périple !

Article de presse paru le 02/10/2019 à Zamora en EspagneArticle de presse paru le 02/10/2019 à Zamora en Espagne

Partager cet article

Repost0

commentaires